anthologin book by samuele ambrosi

Samuele Ambrosi, auteur d’Anthologin, parle de son nouveau livre et de sa relation avec le gin

Comment une enquête et la recherche désespérée d’un livre de gin ont conduit Samuele Ambrosi à écrire Anthologin. Lisez l’interview ici sur spiritshunters.com

Entretien avec Samuele Ambrosi à propos d’Anthologin (Guido Tommasi Editor), son dernier livre co-écrit avec Maurizio Maestrelli, journaliste estimé et auteur de livres sur la bière et le monde de l’alcool en général, et illustré par Serena Conti, designer raffinée et créatrice avec des collaborations qui dépassent largement les frontières italiennes.

Son dernier livre exprime la relation passionnée et amoureuse qu’entretient Ambrosi avec le gin. Ce distillat qui enchante les palais depuis, si l’on peut dire, le XIe siècle. C’est-à-dire, si l’on compte les registres qui suggèrent que les moines italiens utilisaient le genièvre pour aromatiser leurs distillats. Un livre pour mieux comprendre les raisons de la véritable renaissance de la mixologie et du regain d’intérêt pour le gin.

Passant par des décennies de succès et de hauts et de bas, ces derniers temps plus de succès qu’autre chose, ce distillat est le protagoniste des paragraphes suivants. Nous allons le lire, à travers les yeux d’un professionnel du monde des spiritueux comme Samuele Ambrosi.

 

Spirits Hunters : Quand, comment et pourquoi vous êtes-vous intéressé au gin ?

Samuele Ambrosi : Honnêtement, tout a commencé par la recherche d’informations sur ce distillat peu considéré et sous-estimé. Nous parlons d’il y a de nombreuses années et j’étais furieux de trouver des livres et des ouvrages sur le whisky, le cognac, les liqueurs, etc. et rien sur le gin. Je me suis donc demandé s’il était possible qu’un produit aussi polyvalent et “facile” à boire ne soit pas correctement documenté !

Il y a eu l’étincelle agonistique de la recherche. En Italie, il n’y avait pas de documents, et comme premier achat impulsif, j’ai pris LE LIVRE DE GIN DE DEDALUS de Richard Barnett. Il compte 300 pages sans images, sans dessins ni étiquettes, et tout est en anglais. J’ai commencé à traduire page par page, ce qui m’a pris 6 mois pour tout traduire. Il m’a littéralement frappé car il ne s’agissait pas d’un livre technique sur le gin mais d’un texte historique écrit par ce médecin qui m’a fait comprendre la vision globale de l’infinité du monde de ce merveilleux distillat. À ce moment-là, j’ai commencé à “collecter” de manière compulsive toutes sortes d’informations relatives au gin. J’en ai accumulé une telle quantité que j’ai ensuite décidé d’en faire un livre.

 

Une dernière chose à ne pas sous-estimer et d’une importance considérable, c’est le fait que je n’étais pas amoureux d’un distillat que peu de gens au monde connaissaient et qui est si difficile à trouver.

Ma sensibilité envers le gin était également partagée par mes clients et elle coïncidait donc avec mon activité, je pense que cela m’a beaucoup aidé. Aujourd’hui, le gin produit des chiffres auxquels nous ne pouvions pas penser il y a de nombreuses années. Chaque jour, j’entends de nouveaux voyants de bar prédire les délais, les retombées et les nouvelles météorites commerciales. Je n’ai pas ce don, je peux simplement faire quelques observations. La première concerne les chiffres et je trouve naturel qu’après tant d’années, il puisse y avoir des courbes et des creux tout en étant correct et juste. La deuxième observation est que, comme toujours, nous avons tendance à oublier et à ne pas métaboliser. Ce phénomène commercial a littéralement changé la perception et la connaissance.

Les clients ne seront plus jamais coincés sur 3 marques qui monopolisaient une bouteille comme ils le faisaient autrefois. Mais tous les bars du monde ont maintenant au moins 10 étiquettes de gin différentes, ce qui était autrefois impensable. Et cette tendance se maintiendra certainement avec des volumes plus faibles, mais n’oublions pas que le gin est l’alcool qui satisfait tout le monde. Contrairement au whisky ou à la tequila… Et n’oublions pas qu’il fait partie de l’histoire de la planète. L’histoire de la boisson mixte, l’histoire de l’être humain et, enfin, le fait qu’il soit le prince des cocktails les plus consommés au monde. Alors oui, les volumes vont diminuer, mais ces facteurs d’une importance non négligeable ne peuvent jamais être rayés.

 

SH : Donnez-nous 3 raisons de lire votre dernier livre “Anthologin”.

SA : Seulement trois raisons ? (sourires). Je vais donc devoir être très bref et écarter toutes les autres (rires).

Tout d’abord, c’est un livre écrit non pas pour les affaires ou la gloire, mais pour l’amour pur et le dévouement à ce merveilleux distillat. C’est pourquoi chaque contenu, chaque information a été dûment recherché et étudié pendant longtemps.

Deuxièmement, nous avons essayé de donner une coupe pas trop technique et donc ouverte même seulement au simple passionné du monde du gin. Ouvert au consommateur ou au client traditionnel afin de le rapprocher et de lui permettre de mieux comprendre de nombreux détails de ce merveilleux distillat.

J’ai également souhaité que certains sujets soient traités par ceux qui, je crois, sont les meilleurs dans leur domaine (je déteste les généralistes…). C’est pourquoi je suis allé trouver Gianni Zottola le plus grand expert en TIKI ; Luca Picchi l’autorité sur Negroni, comme Giovanni Ceccarelli le plus grand expert de la science du mélange.

Troisième et non par ordre d’importance… enfin… Je pense que mon compagnon de vie a fait un travail d’illustration merveilleux 🙂

 

SH : Considéreriez-vous que le gin est le nouveau whisky ?

SA : A mon humble avis, je dirais NON. Et les raisons sont différentes. Tout d’abord, la différence substantielle du distillat lui-même. Cela le conduit dans la plupart des cas à une consommation douce et ensuite aussi au mélange. Par contre, l’inverse en ce qui concerne le monde du gin. Ici, la douceur de la dégustation représente un pourcentage presque inexistant.

Système de consommation mis à part, le monde du whisky a de son côté une connaissance des contenus réalisée depuis les années 50, je dirais presque inatteignable.

Pensez au travail que les différentes distilleries ont accompli jour après jour pour faire passer le message dans les différents lieux. Les eaux utilisées, les alambics, leur histoire, le bois des fûts et bien d’autres choses encore. Le gin, d’un point de vue commercial, et j’insiste sur ce point, a toujours été maltraité. Et aussi considéré par seulement quelques très grandes entreprises. Aujourd’hui, ce détail a finalement changé. Aujourd’hui, nous parlons enfin des contenus dans le monde du gin et cela devient une valeur ajoutée par rapport à ce qui était dit auparavant.

Mais si vous me demandez tout de suite ce que le gin a de plus que le whisky ? Je vous répondrais immédiatement que le gin a la merveilleuse possibilité, illimitée, d’être un produit unique, étiquette par étiquette. En bref, c’est être lié au territoire, être personnalisé. Il peut être facilement personnalisé, en étant capable de réaliser un retour économique immédiat.

 

SH : Quel est votre cocktail préféré à base de gin ?

SA : Question très délicate (rires). J’aime la plupart des cocktails à base de gin, remarquez. Mais si je devais briser quelques lances, je risquerais un merveilleux Gin Basil Smash. Un Gimlet très classique. Un incroyable Last Word et mon Dirty Martini ne peuvent pas être manqués (il sourit).

Illustration: polpo-agency.com

 

SH : Le meilleur conseil que vous pourriez donner à quelqu’un qui entre dans le monde du gin ?

SA : Le monde du gin est en évolution continue et infatigable et c’est un aspect pour le moins merveilleux. Je suggère au “gin-ROOKIE” de boire ce qu’il aime sans se laisser influencer par les modes ou les influenceurs. De compter sur son professionnel de confiance qui n’a pas peur de lui communiquer ses goûts. N’oubliez pas, cependant, que le “goût” est une “évolution” et que pour évoluer, vous devez être prêt à goûter de nouvelles “expériences” et autres. Un excellent gin tonic est un élément essentiel pour votre “zone de confort”.

 

Un cocktail à base de gin par Samuele Ambrosi

Glamour Gardening

Pour cette boisson, j’ai décidé d’apporter l’une des boissons emblématiques comme le gin basilic smash idéal pour O’ndina Gin, en imaginant le barman dans son jardin, soucieux de sélectionner ses matières premières… le tout dans un style glamour !

Ingrédients

4 cl. O’ndina GIN

2,5 cl. Cordial de fusée

1,5 cl. Sherry fino

De généreuses gouttes de liqueur de benedictine

Méthode : Construit

Verrerie : Grand ballon

Type de glace : Ecrasée

Garniture : basilic en poudre brossé, basilic croquant

 

Vous pouvez suivre Samuele Ambrosi, mixologue, amateur de gin, connaisseur et auteur de livres sur Instagram et rester informé de la sortie de son livre et de la préparation de ses cocktails : @samuele_ambrosi.

 

 

Ne buvez pas au volant. Consommez avec modération.

 

Rejoignez la Communauté SH sur Reddit

Spirits Hunters est une communauté dédiée aux spiritueux et au monde de la mixologie. N'hésitez pas à parler du monde de la mixologie et du métier du bartender ici !

Join