brooklyn lockdown

New York, confinement et cocktails à la maison

Que fait le New-Yorkais en confinement ? Des cocktails à la maison ? Suspendue, la ville prend un nouveau tournant pour trouver le plaisir à la maison.

New York, mobilisée quotidiennement par ses 2,5 millions d’habitants, l’enfermement apporte un nouveau tournant. En suspens, la ville qui ne dort jamais. New York, avec ses innombrables bars et restaurants, est obligée de changer de stratégie. Dans le même temps, ses habitants, qui profitent chaque jour de tous les coins et de la grande variété de lieux de la ville, voient dans leurs maisons une nouvelle occasion de se maintenir à flot.

La semaine dernière, les gouverneurs de New York, du New Jersey et du Connecticut ont limité tous les restaurants et bars aux plats à emporter et aux livraisons dans le cadre de l’effort visant à stopper la propagation du coronavirus. Mais la New York State Liquor Authority a lancé une petite bouée de sauvetage à certaines de ces entreprises sous la forme de « nouveaux privilèges hors site ». C’est ce qu’on appelle les boissons à emporter.

Si les bouteilles d’alcool des bars de leur maison jouent leur rôle, avec de nouvelles façons d’aborder la fabrication des cocktails à la maison, le plaisir d’un cocktail exquis est à portée de téléphone. Ou une application.

 

Bars de New York

Certains de ces bars de Manhattan sont Dante, PDT, Attaboy, Middle Branch, Sugar Monk, Angel’s Share. À Brooklyn, ils ont Hunky Dory, Leyenda, Seaborne, Donna, Fresh Kills, Fort Defiance. Et enfin dans le Queens, au Dutch Kill’s et au Selma’s Bar.

Plusieurs bars ont indiqué qu’ils préparaient 200 cocktails par jour. Mais n’attendez pas pour vous faire un Old Fashioned dans votre verre de roche fantaisie… Non. Les bars utilisent toutes sortes de récipients : les fameux bocaux Ball ou les tasses à café à emporter. Et même des bouteilles en verre avec des assiettes. Mais à chaque livraison, les règles d’hygiène prédominent, avec des gants, une distance sociale et des embouts buccaux complétant le transfert.

Et comme le dit Claire Sprouse, l’une des propriétaires de Hanky Dory, « chaque cocktail compte en ce moment« .

 

Ne buvez pas au volant. Consommez avec modération.