local alcohols indonesia

Choc des cultures sur l’engouement local de l’alcool en Indonésie

Photo : Courrier International

L’hebdomadaire Courrier International commente le conflit entre l’augmentation de la consommation locale d’alcool et les fondamentalistes musulmans.

Via Courrier International

L’article Engouement pour les alcools locaux en Indonésie (ou Local Alcohol Mania in Indonesia) expose la situation de choc entre deux cultures. Ceux qui encouragent la production d’alcool et les abolitionnistes islamiques.

D’une part, nous avons des producteurs sur différentes îles de l’archipel indonésien. Ils créent des boissons alcoolisées locales à partir de fruits, de tubercules, de riz et de palmiers. Nous avons par exemple Sophia, une marque bien connue produite à partir de plusieurs palmiers. Ces liqueurs artisanales sont autant synonymes de tradition ancienne que de tendance nouvelle et en pleine expansion.

 

Spiritueux locaux

Il existe plusieurs alcools : moke, sopi, tuak, ciu, arak, baram, brem, raidawa. Et même le vin de salak, (un fruit tropical aussi appelé fruit de serpent), vendu sous le nom de Moonshine sur les réseaux sociaux. Les boissons alcoolisées comme Sophia on le soutien du gouvernement provincial de l’île de Flores. Ils préconisent que ces boissons contribuent au développement économique de ces zones rurales. Il convient de noter que les alcools importés sont taxés à 200 %.

 

D’autre part, le tabou religieux est imposé par l’abolitionnisme islamique.

Ils ont en effet réussi à interdire la vente d’alcool dans plusieurs régions du pays. Par ailleurs, trois partis musulmans fondamentalistes se battent actuellement au Parlement avec un seul objectif : faire passer une loi interdisant l’alcool dans tout l’archipel. Au-delà du tabou religieux, ils accusent les colonisateurs européens d’avoir introduit l’usage de l’alcool pour brutaliser le peuple indonésien. Cet argument est réfuté par l’anthropologue de l’Université d’Indonésie, Raymond Michael Menot.

Pendant la période hindoue en Indonésie [du 5e au 13e siècle], ces boissons faisaient partie de toutes les cérémonies royales “, a déclaré le chercheur au magazine Tempo. Selon lui, la consommation d’alcool a longtemps été observée par de nombreuses communautés indigènes comme les Dayaks à Kalimantan, ou les Torajas* dans le sud de Sulawesi, dans leurs rituels religieux, leurs mariages et au moment des récoltes. Ces esprits locaux étaient même utilisés comme médicaments.

*En Indonésie orientale, les Toraja Sa’dan résident essentiellement dans le département (kabupaten) qui porte leur nom (Tana Toraja, également contracté en Tator, ce qui signifie « Terre des Toraja ») et qui se situe dans la province de Sulawesi-Sud. La majorité des Toraja sont aujourd’hui chrétiens mais, en dépit des conversions et des changements socioculturels irrémédiables – notamment ceux conférés par l’ingérence de l’Etat indonésien, de la mondialisation et du tourisme international dans les affaires locales – qu’ils connaissent depuis quelques décennies, les faits culturels et religieux continuent d’occuper un rôle essentiel comme le montrent par exemple les cérémonies funéraires « traditionnelles »
.

 

Alcool : une boisson bien ancrée dans les mœurs

En Indonésie et dans certaines parties de la Malaisie, comme expliqué ci-dessus, la préparation de certaines boissons alcoolisées rhyme avec tradition. Le Tuak est l’une des boissons qui font partie des rituels d’accueil et de prière.

 

Le tuak

Le tuak, également connu sous le nom de vin de riz, est une boisson alcoolisée fabriquée à partir de riz fermenté, de levure et de sucre. Des habitants de certaines régions d’Indonésie comme Sumatra, Sulawesi et Bornéo le consomment. Il est également consommé dans certaines parties de la Malaisie comme l’île de Penang et la Malaisie orientale. Cette boisson est très populaire parmi les Ibans et autres Dayaks du Sarawak lors des festivals de Gawai, des mariages, de l’accueil d’invités et d’autres occasions spéciales. Le même mot nomme bien d’autres boissons en Indonésie. Par exemple, le vin de palme du peuple Batak du nord de Sumatra.

Dans une bouteille de Smirnoff, la boisson locale TUAK est offerte | Photo : BorneoTalk

 

La fête des récoltes en Malaisie – Gawai Dayak

Gawai Dayak, connu sous le nom de festival des récoltes en Malaisie, est un remerciement pour la récolte du riz et une prière pour une récolte abondante à venir. Ce festival particulièrement se célèbre parmi les Ibans, les Dawaks, les Bidayuh et les Orang Ulu, peuple indigène du pays.

Tout un rituel d’offrandes de sucreries traditionnelles et de tuak aux dieux du riz et de la prospérité a lieu. Les Malaisiens profitent également de ces spécialités et du vin de riz pour les déguster.

Ces festivals se déroulent généralement entre le 31 mai et le 1er ou le 2 juin.

 

Ne buvez pas au volant. Consommez avec modération.

 

Rejoignez la Communauté SH sur Reddit

Spirits Hunters est une communauté dédiée aux spiritueux et au monde de la mixologie. N'hésitez pas à parler du monde de la mixologie et du métier du bartender ici !

Join