vermouth

L’affiche du vermouth Martini des années 50-60

Martini (années 50-60) – Le vermouth a commencé sa « carrière » avec un profil très amer, balsamique, construit sur des plantes et des racines aux propriétés médicinales. Les agrumes et les épices les plus douces n’avaient pas la part belle. Au fil du temps, cela changea.

Pour la viabilité commerciale de leurs produits, les marques ajustèrent leurs recettes, visant quelque chose de plus ‘aimable’, de plus facile. On sait, par exemple, que le vermouth italien destiné à l’Allemagne comportait souvent plus d’orange car on était très friand de cette saveur ‘exotique’ dans le nord. Les variations ne se limitaient pas à ça. Ainsi, les vermouthiers misèrent, dès la fin du XIXe siècle, sur le public féminin. Tout d’abord, avec les vermouths à la vanille. Puis, à partir de 1910, avec les biancos. Après la Seconde Guerre mondiale, ce style se fit majoritaire.

Le Martini Bianco est le vermouth iconique de la dolce vita de Marcello et Claudia. Si les femmes restaient les protagonistes des affiches, les hommes n’étaient pas insensibles au charme de cette boisson…

 

Ne buvez pas au volant. Consommez avec modération.