L’association de fromage et de saké : un nouveau plaisir gastronomique

Peut-être qu’il est temps de commencer de nouvelles associations et de laisser les vieilles traditions de côté. Pourquoi ne pas essayer le saké à la place du vin pour déguster du fromage français ?

Cette idée a fait son apparition l’été dernier lors de la seconde édition du concours du meilleur saké à Paris, Kura Master. Le concours a pour objectif de mêler cette boisson japonaise à la culture française en espérant qu’un jour, elle trouve sa place au côté des vins nationaux dans tous les menus français.

Parmi les 70 juges participants, on comptait des sommeliers et des professionnels français de l’industrie culinaire, des chefs et des professeurs d’écoles de gastronomie. Les 212 sakés récompensés ont été choisis selon les méthodes d’évaluation de la dégustation de vin.

Lors de la remise de prix, des associations de fromage et de saké étaient proposées à une conférence organisée par Marion Flipo et Xavier Thuizat, présidents de Kura Master.

 

Parmi les suggestions proposées, Marion recommande :

  • Le saké doux (Ginjo, Daiginjo, Junmai Ginjo) avec du Brillat-Savarin et du chèvre cendré
  • Le saké doux et aromatique (Ginjo, Daiginjo) avec de la Tomme de Savoie, du Cantal entre deux et du chèvre cendré
  • Le saké prononcé (Junmai, Tokubetsu Junmai) avec du Saint-Nectaire et du comté de 12 mois
  • Le saké vieilli (Koshu) avec du comté 24 mois ou du Stilton

 

Oubliez les vieilles traditions et laissez-libre cours à votre créativité. Vous êtes prêts pour de nouvelles expériences ?

 

Ne buvez pas au volant. Consommez avec modération.