Le chiffre d’affaires de la brasserie du Myanmar “Myanmar Brewery”

Le panorama troublé du Myanmar affecte la brasserie Kirin et le groupe Myanmar Economic Holdings Limited (MEHL). Ils sont tous deux propriétaires de la brasserie du Myanmar. Le MEHL est un puissant conglomérat de l’armée régulière.

L’organisation de la société civile Justice for Myanmar affirme que la brasserie permet à l’armée régulière – le Tatmadaw – “de continuer à commettre des crimes contre les minorités ethniques“. Cette décision n’est contraignante que pour l’OSC. Aucune décision officielle n’a fait suite sur la nature de certains abus commis par l’armée birmane dans les zones ethniques. En tout cas, cette violence ne s’est pas démentie en août 2019 dans un rapport des Nations unies (ONU) sur les intérêts économiques de l’armée.

Kirin dit qu’il prend les allégations des Nations unies et des ONG “très au sérieux”. Suite à la publication du rapport de l’ONU, le groupe japonais s’est engagé à “identifier, prévenir et réduire” toute violation et abus des droits de l’homme. Ainsi, Kirin demande certains documents financiers au MEHL depuis février 2020. En vain.

 

Kirin cherche à déterminer la destination des fonds

Le brasseur, qui semble ne pas faire confiance à l’ONU, a demandé en juin au cabinet de conseil Deloitte de “déterminer la destination des fonds”. Il s’assure ainsi qu’il ne finance pas d’opérations militaires douteuses. Dans le même temps, le 3 juin 2020, la société japonaise a soumis une notification au Département de l’investissement et de la gestion des entreprises (DICA) pour modifier ses statuts. L’avis aurait dû être rendu public, mais il ne l’a pas été, et trois mois plus tard, rien n’a été fait.

Les entreprises étrangères sont soumises à des taxes supplémentaires. Il semble donc peu probable qu’un autre arrangement soit plus avantageux pour le groupe japonais. Alors qu’il est clair que “le génocide est clairement mauvais pour les affaires“. C’est ce qu’a déclaré le directeur de la Campagne internationale pour le Rohingya.

Le directeur de la campagne britannique pour la Birmanie prédit “une tentative désespérée de Kirin pour trouver un moyen de poursuivre ses affaires avec l’armée“. Quatre-vingt pour cent de la bière vendue en Birmanie est produite par la brasserie Myanmar et la brasserie Mandalay. Ce dernier est également dirigé par le MEHL et Kirin.

Suite au rapport de l’ONU, plusieurs entreprises ont coupé leurs liens avec les conglomérats militaires. Parmi eux, Esprit, qui a produit certains de ses vêtements dans une usine liée au Tatmadaw.

Source : lepetitjournal.com

 

Ne buvez pas au volant. Consommez avec modération.