Voici une liste des 10 meilleurs sakés à déguster et comment les marier

Le saké, un produit polyvalent, est de plus en plus à la mode ! Vous voulez savoir lequel déguster en premier ? Cette liste d’experts vous attend.

Le champion du saké : Adatara Ginjo, élu meilleur saké cette année au concours international du vin, tandis que le Kimoto Hatsumago Densyo, lui a été couronné champion dans la catégorie Honjozo. Tous deux sont des sakés aux saveurs uniques qui accompagnent à merveille les plats européens, ce qui confirme une fois de plus la polyvalence du saké. Voici un top 3 :

 

Sawaya Matsumoto Shuhari Saido 1292 (Matsumoto Shuzo, Kyoto)

Ce saké possède un umami vibrant, de l’amertume et de l’acidité. Idéal avec de la viande rouge, comme du boeuf grillé ou des sushis au thon.

 

Daigo No Shizuku (Terada Honke, Chiba)

Ce saké est doux et très acide. Il s’agit d’un saké non filtré dont l’eau n’est pas ajoutée après le processus de brassage. Il se marie parfaitement bien avec du fromage ou de la sauce à la crème.

 

Matsunotsukasa Daiginjyo Jyunmai Shizuku 2008

Ce saké est retiré de la purée sans le presser, son goût est donc très élégant. Le vieillissement lui donne également une texture onctueuse et ronde, et son arôme est étonnamment intense. Accompagner le de sashimi de vivaneau, de pétoncle ou de pieuvre.

 

Isojiman Daiginjyo Jyunmai Yamadanishiki Emerald bottle (Isojiman Shuzou, Shizuoka)

Ce saké utilise également du riz Yamada Nishiki de première qualité. Il combine des notes de pêche blanche et de melon, avec des arômes clairs. À accompagner avec des sushis.

Tengumai Jyunmai Daiginjyo 50 (Shata Shuzo, Ishikawa)

Ceci est considéré comme un saké Sou-shu, mais sur le plan de la saveur, plutôt comme un Jyun-shu. Il n’est pas fortement filtré, lui donnant une bonne complexité. Idéal avec un sashimi ou poisson grillé.

Houraisen, Kuu (Sekiya Jyouzou, Aichi)

Ce Kun-shu ou saké aromatique est fabriqué avec du riz Yamada Nishiki des préfectures de Hyogo et Tokushima. Il est vieilli pendant un an à une température de 10 à 12 degrés Celsius dans le but de faire ressortir une complexité de saveurs. À consommer avec un sashimi de poisson blanc ou un poisson de rivière grillé.

Izumibashi Kimoto Kurotonbo (Izumibashi Shuzou, Kanagawa)

Ce saké est fabriqué selon la méthode Kimoto, à base de bactéries indigènes afin de faire ressortir sa complexité ainsi que pour exprimer le terroir. Après deux ans de vieillissement, il a une impression claire avec l’umami. Dégustez-le avec un poisson ou de la viande fumée.

Hizoukoshu, Ohmon Ginjyo Genshu (Ichishima Shuzou, Niigata)

Brassé en 2000, le long processus de vieillissement a donné à ce saké sa couleur ambrée et sa saveur de noisette et de chocolat, original ! Il est très alcoolisé car aucune eau n’a été ajoutée (20%). Buvez-le soit en digestif ou avec du fromages vieillis.

Sawahime Prototype Jyunmai Gold (Inoue Seikichi Shoten, Tochigi)

Fabriqué selon la méthode traditionnelle de Kimoto, 15% du riz est poli (enlevé) pour faire ressortir la saveur audacieuse de l’umami. Son goût sucré, lui permet d’être déguster avec des plats épicés, crabe au piment et plats épicés chinois ou encore avec du foie gras.

Jyunmai Daiginjyo Komyo (Tatenokawa Shuzo, Yamagata)

Nouveauté datant d’octobre, son utilisation de riz poli à seulement 1% a eu un impact énorme sur l’industrie du saké et a attiré l’attention des connaisseurs de saké. Il est très doux avec son arôme léger de fleurs blanches et de farine de riz. À accompagner avec un carpaccio de vivaneau rouge ou des plats de boeuf.

 

 

Ne buvez pas au volant. Consommez avec modération.