giacomo diamante and sharla ault interview

Thérapie de bar : Focus sur Giacomo Diamante, un bartender-psychologue

Dans cet entretien entre Sharla Ault et Giacomo Diamante, nous vous révélons le monde d’un authentique bartender et psychologue : voici Thérapie de bar.

C’est souvent le cas : vous vous arrêtez au bar, vous vous asseyez, et vous commencez à déverser tous vos problèmes sur le bartender. On dit qu’un grand bartender doit être en partie psychologue. Et si ce dernier était entièrement psychologue ?

Nous nous entretenons (virtuellement) avec Giacomo Diamante, un bartender qui est aussi un psychologue agréé, bien qu’il n’ait jamais exercé dans le sens traditionnel du terme.

 

S.A : Giacomo, qu’est-ce qui t’a poussé à étudier la psychologie ?

G.D : Je travaillais dans l’hôtellerie (pendant mes études au lycée) et je travaillais aussi l’après-midi et le week-end avec des personnes handicapées et des problèmes d’atteintes à soi-même. A la fin de mes études, j’ai pensé me consacrer à la médecine avec l’idée de poursuivre la chirurgie ou la neurologie. À l’époque, les tests d’entrée étaient très restrictifs, mais j’ai obtenu la note en psychologie à l’université de Bologne ainsi qu’en médecine. La première réponse que j’ai reçue concernait la psychologie clinique, j’ai donc décidé de commencer dans cette filière, pensant à me consacrer à la médecine au bout d’un an. Au lieu de cela… Je suis tombée amoureux de cette approche des études grâce à un groupe de professeurs de haut niveau.

 

Quel type de psychologie avez-vous étudié et quelles étaient vos aspirations ?

En continuant à approfondir mes connaissances sur les sujets de la psychophysiologie, j’ai pensé me spécialiser en psychologie clinique avec l’idée de me positionner dans un rôle en psychiatrie au fil du temps, tout en continuant mes examens de la faculté de médecine.

 

Où avez-vous étudié et quand avez-vous obtenu votre diplôme ?

J’ai étudié à l’Université de Bologne, la plus ancienne université du monde connue pour son excellence en psychologie. J’ai obtenu mon diplôme de psychologie clinique en 2003.

 

Que s’est-il passé pour que vous changiez vos projets ?

Pendant mes études, j’ai continué à travailler derrière le bar, à acquérir des compétences et à gravir les échelons, ce qui a coïncidé avec le renouveau de la mixologie, alors que dans le domaine de la psychologie, la dynamique du travail a considérablement changé. C’est alors que j’ai décidé d’abandonner cette voie pour me consacrer entièrement à la saveur et à la recherche historique, qui est alors devenue ma marque de fabrique dans le secteur des bars.

 

Depuis combien de temps travaillez-vous dans l’industrie des boissons ?

Cette année marque 25 ans d’expérience, si l’on considère mes débuts dans la restauration et les restaurants.

 

En quoi votre formation en psychologie vous a-t-elle aidé dans votre travail ?

D’abord comme barman, puis comme gérant de bar, elle m’a aidé à résoudre rapidement des problèmes et à gérer les questions les plus sensibles, mais aussi à progresser dans ma carrière. En tant que propriétaire, il est essentiel de gérer la responsabilité du personnel, d’interagir avec les fournisseurs et surtout de générer de nouveaux concepts pour les activités ou les propositions en général. En outre, les études et les recherches m’ont beaucoup aidé.  Les habitudes d’étude que j’ai acquises à l’université m’ont bien servi.

 

Pour les clients ?

Mieux gérer les plaintes et les compliments, de manière plus structurée, m’a aidé à anticiper les besoins des clients, à comprendre leur contexte social, leurs habitudes et leurs désirs. C’est essentiel dans l’esprit d’entreprise et, oserais-je dire, un “super pouvoir secret” s’il est utilisé avec éthique et sensibilité.

 

Pour les collègues, le personnel ?

L’autonomisation est le mot d’ordre avec mes collaborateurs. Donner des ordres et blâmer n’existent pas : ils sont remplacés par la responsabilité et les objectifs. Depuis plusieurs années, je donne des master classes qui portent précisément sur l’utilisation de certains concepts psychologiques au sein de groupes de travail, applicables dans n’importe quel secteur.

 

Faites-vous savoir que vous avez une formation en psychologie ?

Généralement non, je préfère parler d’autres sujets ou plutôt écouter attentivement ce qu’on me dit, en me basant sur les points clés que je ressens de la personne en face de moi.  Je suis aussi souvent mon intuition, une caractéristique fondamentale tant en psychologie qu’au bar ! Cependant, cela dépend du type de conversation et de la personne. Ce n’est pas un problème pour moi de révéler mes qualifications, en fait elles aident les gens à mieux connaître ma personnalité.

 

Pensez-vous que tous les barmans devraient suivre une formation psychologique pour les aider dans leur travail ?

Je pense que ce serait formidable et très utile, même si suivre un parcours dans le domaine psychologique ou psychanalytique est remarquablement compliqué et très intense, que l’on veuille y participer pour apprendre certains concepts ou pour mieux se connaître. La connaissance et l’estime de soi sont des valeurs souvent un peu négligées chez les opérateurs de ce domaine, il y a donc un risque de banaliser le parcours thérapeutique ou de valorisation.

 

Comment votre formation vous a-t-elle aidé dans votre propre gestion du stress ?

Très souvent, étant propriétaire de nombreuses activités différentes, de jour comme de nuit, et étant père de deux beaux enfants, il est compliqué de rester concentré et de se concentrer sur ses principes ; aussi parce que dormir très peu et travailler beaucoup conduit à des ruptures organiques inévitables qui sont toujours à la base de problèmes psychologiques. Disons que grâce à une compréhension plus médicale de ces situations, je sais très bien quel est mon équilibre, ou plutôt comment m’équilibrer dans la situation dans laquelle je me trouve, précisément pour avoir une conscience tangible et vitale de moi-même.

 

Avez-vous “diagnostiqué” un client ou un collègue et l’avez-vous orienté vers un professionnel ?

Non jamais, même s’il arrive souvent que les clients ou les collaborateurs se confient les uns aux autres, si je pense qu’il y a une pensée sombre (qui n’est pas de nature passagère), je pourrais essayer, dans la mesure de mes moyens et de mes responsabilités, de recommander un parcours thérapeutique.

 

Quels sont les pièges psychologiques dans ce métier ?

Comme je l’ai dit, la plupart des problèmes psychologiques découlent des perturbations du cycle veille-sommeil et de l’abus d’alcool et de drogues. Cela entraîne un déséquilibre des niveaux de sérotonine/dopamine, ce qui génère souvent de l’obsession, de l’hypersensibilité et de la dépression. Si nous combinons cela avec la pratique consistant à créer un personnage (masque) différent et plus attrayant pour séduire les clients, et à ajouter la routine et la frustration à l’équation – cela peut créer une situation qui peut être préjudiciable à certains types de personnalité.

Cela ne veut pas dire que c’est malsain pour tout le monde, beaucoup s’y épanouissent !

 

Comment utiliser votre formation pour maintenir un équilibre entre vie professionnelle et vie privée ?

L’auto-analyse est certainement un aspect très important de ma vie et cela me permet d’être hyper conscient, c’est-à-dire de lâcher prise sur certains problèmes qui ne sont pas les miens, ainsi que de faire face aux engagements avec une poussée positive. C’est du moins l’intention, mais il est clair que ce n’est pas toujours une recette gagnante, des jours “bleus” peuvent arriver aux psychologues aussi !

 

Travaillez-vous avec votre partenaire de vie ?

Oui, même si elle s’occupe principalement du marketing et de la communication de mes activités : bars, écoles, conseils et événements.

 

Comment cela se passe-t-il ?

Eh bien, dans la vie, il faut aussi avoir de la chance, et vous l’attirez par votre attitude : en ce sens, nous nous comprenons souvent d’un seul coup d’œil, et lorsqu’il y a une différence d’opinion, nous essayons toujours de résoudre le problème avec intelligence, de sorte que les situations négatives ne deviennent pas chroniques et ne sont donc pas si difficiles à résoudre.

 

Selon vous, quelles seront les retombées psychologiques de COVID dans les bars, tant pour le client que pour le barman ?

Je pense que les universitaires et les intellectuels avant moi ont déjà identifié les règles de fonctionnement d’une entreprise (comme Noam Chomsky). La peur et la distraction peuvent être manipulées de manière dangereuse. Sans minimiser la gravité de la pandémie, je pense que les sentiments de peur et de méfiance seront les plus répandus. Il y aura des instabilités émotionnelles et des difficultés de communication après le blocage. La prise de conscience et la sensibilité seront fondamentales pour créer un renforcement positif et éviter de tomber dans des mentalités négatives.

 

À votre avis, les gens ont-ils été trop indulgents à la maison ?

Évidemment oui, tout le monde n’a pas réussi à maintenir une forte discipline personnelle mais je ne pense pas que ce soit trop grave. Ceux qui ont une discipline personnelle sont souvent moins sensibles aux stimuli extérieurs ; en fait, ceux qui n’ont pas été très actifs ou qui se sont laissés aller sont probablement beaucoup plus sensibles.

 

À votre avis, les gens vont-ils faire des excès dès qu’ils sont libres d’aller dans les bars ?

C’est très individuel ; les habitudes d’aujourd’hui changent beaucoup plus vite que par le passé.

 

Selon vous, qu’est-ce qui vous donne l’avantage en matière d’hospitalité, ayant eu votre formation psychologique ?

J’aime à penser que ce n’est pas seulement la connaissance de la psychologie qui me donne un plus, mais certainement la connaissance du langage non verbal et une certaine prise de conscience liée au bien-être mental et physique donnent un élan très intéressant. Bien sûr, la prédisposition et la persévérance à intégrer cela dans mon style de vie jouent également un rôle.

 

Comment voyez-vous la scène de l’industrie du bar dans six mois ?

Malheureusement, je pense qu’il y aura moins d’opérateurs mais certainement plus soigneusement choisis, il sera plus réfléchi et, espérons-le, plus axé sur le bien-être mental, sur les bonnes habitudes. Je pense également qu’il sera encore plus efficace de briser le “quatrième mur” et de parler plus franchement avec les clients. Je crois que, progressivement, l'”effet wow” qui se poursuit aujourd’hui dans la création des cocktails sera remplacé par des mots et des soins et par un concept d’hospitalité beaucoup plus profond qu’il ne l’est actuellement.

 

Comment voyez-vous la scène de l’industrie du bar dans six mois ?

Malheureusement, je pense qu’il y aura moins d’opérateurs mais certainement plus soigneusement choisis, il sera plus réfléchi et, espérons-le, plus axé sur le bien-être mental, sur les bonnes habitudes. Je pense également qu’il sera encore plus efficace de briser le “quatrième mur” et de parler plus franchement avec les clients. Je crois que, progressivement, l'”effet wow” qui se poursuit aujourd’hui dans la création des cocktails sera remplacé par des mots et des soins et par un concept d’hospitalité beaucoup plus profond qu’il ne l’est actuellement.

 

Dans un an ?

Une nouvelle scène, des clients encore plus fidèles, la recherche de produits de saison, de boissons à faible teneur en alcool ou sans alcool et l’accent mis sur d’autres éléments de bien-être. Je vois un élargissement vers la prise de conscience de l’importance de notre secteur et donc une étude plus approfondie sur d’autres sujets sur lesquels nous avons toujours personnellement compté : la psychologie, l’art, la musique, etc. Enfin, le contenu aura plus de valeur que le contenant, ce qui est notre philosophie au club Enjoy de Milan.

Notre idée était de collaborer avec de nombreux producteurs historiques italiens et internationaux pour créer des formules sur mesure. Le bar entier propose des produits de la marque Enjoy sans étiquette de façade dans des bouteilles élégantes mais simples, afin que le client ne soit pas influencé dans son choix. Il est guidé uniquement par ses sens. Nous voulons que le produit parle de lui-même. Notre concept est unique et nous avons le privilège de travailler avec un réseau de producteurs aussi prestigieux.

Le marketing subira probablement une légère pause ; au fur et à mesure que nous, les opérateurs, deviendrons plus conscients, le client aussi.

Vous sentez-vous plus ou moins stable après le confinement ?

Plus ou moins comme avant, c’est-à-dire… stable ! Heureusement, mes bars vont résister à la tempête, et j’ai en fait gagné du temps pour mes passions et pour ma maison, ce que je n’avais pas le temps de faire auparavant. Cette période a permis de mettre à jour certaines priorités et de se concentrer davantage, en mettant de côté les choses moins importantes. Moins, c’est plus !

Quelle est la première chose que vous ferez lorsque vous rouvrirez votre bar ?

Allumer les lumières, mettre une chanson qui me reflète, ainsi que mon partenaire et mon personnel, et ouvrir les portes à nos clients, en attendant de partager à nouveau avec eux.

Merci Giacomo, c’est réconfortant de savoir que parfois un verre et un tête-à-tête peuvent aider à résoudre les petits problèmes de la vie.

 

GIACOMO DIAMANTE est le créateur et le propriétaire de :

*ENJOY ! ARTIGIANI DEL BERE

Où ? Via Carlo Cattaneo 19 36100 Vicenza

*ÉCOLE DE FORMATION ET DE CONSULTATION ouverte tous les jours à partir de 9 heures

*SECRET CLUB 

Où ? Via Carlo Cattaneo 19 36100 Vicenza COCKTAIL BAR ouvert tous les jours à partir de 21h

*ENJOY ! CLUB

Où ? via Pietro Colletta 17 20135 Milan COCKTAIL BAR Jeudi, vendredi et samedi à partir de 21h

 

Produits de marque ENJOY! :

Vermouth rouge sans nom

Chinato Vermouth

Vermouth vieilli

Gin à la camomille overproof

Le gin Old Tom

Gagliardo amer (meilleur amer au monde 2019 par la distillerie Schiavo)

Fernet Gagliardo (médaille d’or 2019 par Schiavo Distillerie)

Gin +5

Gin Fiume

Contacts IG :

@giacomodiamante

@enjoy_artigianidelbere

@enjoyclubmilano

Sharla Ault

Sharla Ault est née aux États-Unis et a vécu en Italie pendant plus de la moitié de sa vie. Elle a fait toute sa carrière dans le domaine de l’hospitalité. Des hôtels aux restaurants, en passant par les compagnies aériennes commerciales et les jets privés. Sharla est responsable des relations publiques de Nardini depuis 15 ans. En outre, elle écrit également des articles sur les voyages et l’hospitalité et a été publiée dans Condé Nast Traveler, Cadogan Guides et comme critique pour Barchick. Elle est également experte locale pour les guides des hôtels de luxe Condé Nast Johansens. Enfin, lorsqu’elle ne voyage pas ou n’écrit pas, elle navigue sur la Méditerranée dans son voilier avec sa famille.

 

Ne buvez pas au volant. Consommez avec modération.